Valeurs LESSAJ

Sain

Qui n'a aucun effet néfaste sur l'organisme
et qui favorise l'atteinte et le maintien d'un bon équilibre physique et psychologique

Depuis le tournant vers l'industrialisation de l'agriculture à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, l'accent dans le domaine agricole a été mis sur la productivité et les rendements. Produire plus au moindre coût, voilà l'objectif visé par le système agricole qui a été mis en place. Ce dérapage a certes permis d'augmenter les rendements à court terme des terres agricoles, mais inversement, les sols se sont appauvris et la qualité des aliments s'est détériorée.

De plus, l'utilisation en masse de produits chimiques qui accompagne ce rythme accéléré de production agricole pollue l'environnement et laisse des traces sur les aliments dont nous nous nourrissons. Nous avons maintenant une quantité impressionnante de nourriture qui se retrouve dans nos supermarchés, mais dont la qualité est suspecte. Un nombre grandissant d'études se penchent aujourd'hui sur les effets nocifs que pourrait occasionner, sur la santé humaine, l'utilisation de ces intrants chimiques ou d'autres méthodes agriculturales visant à augmenter le rendement, comme l'utilisation d'OGM ou d'hormones de croissance. Et pour cause, les mangeurs sont aujourd'hui plus soucieux de la qualité de leurs aliments. Par exemple, on observe une croissance du nombre de parents qui choisissent d'acheter des aliments biologiques pour leurs enfants, car ils se disent de plus en plus préoccupés des effets de ces pratiques sur la santé.

Notre démarche se basera donc sur une nourriture

qui n'a pas été contaminée par

  • des pesticides et engrais chimiques,
  • des hormones de croissance,
  • des antibiotiques,
  • des agents de conservation chimiques;

qui n'a pas été modifiée par

  • des procédés de transgénèse,
  • des processus d'irradiation.

Les types d'agricultures qui n'utilisent pas ces produits et qui tendent à respecter l'intégrité de l'aliment et ses cycles de production naturelle seront favorisées par notre approche. L'agriculture biologique, biodynamique et la permaculture sont celles que nous connaissons et dont nous chercherons à nous approvisionner.

Ensuite, nous préconisons une alimentation qui est la plus simple possible. La transformation par des processus industriels tend à modifier la nature des aliments et à en diminuer la qualité, voir les rendre nocifs pour la santé. L'ajout de sucre, d'huile hydrogénée, d'agent de conservation, etc. va ainsi de pair avec cette transformation industrielle. Même si ce n'est pas toujours le cas, les nutritionnistes proposent de plus en plus d'éviter les allées à l'épicerie qui contiennent les aliments transformés, riches en gras saturés et en sel pour se concentrer sur la section des fruits, des légumes, des poissons et des produits laitiers. La présence des gras trans dans les aliments transformés dont la nocivité est aujourd'hui prouvée (et que l'on pense maintenant interdire) représente un exemple des effets pervers de cette transformation industrielle sur les aliments. Il ne faut pas plus oublier que ces transformations se font souvent dans le but d'accommoder la distribution à grande échelle et d'augmenter les ventes de ces produits, et non pas d'en augmenter leur qualité.

Baser son alimentation sur une industrie agroalimentaire qui cherche constamment à augmenter ses profits semble donc risqué, si l'on examine ses techniques de production et de transformation et sa recherche constante de nouvelles méthodes afin d'en maximiser le rendement, sans égard à l'environnement ou à la population qu'elle nourrit.

Une alimentation qui se base sur des aliments simples et peu transformés industriellement nous paraît donc plus à même de nous maintenir en santé.

Notre approche préconisera alors une alimentation qui, en plus de se distancer le plus possible de cette forme d'agriculture industrielle, se basera sur une alimentation locale et saisonnière. Plus l'aliment est frais, plus il est de qualité et conserve ses propriétés nutritives. Les aliments locaux ayant parcouru le moins de distance possible se présentent ainsi comme les aliments qui sont susceptibles d'être les plus frais. En plus de refléter les préférences alimentaires des Québécois, la proximité avec les producteurs locaux que permet l'approvisionnement local nous donne une meilleure idée des conditions dans lesquels les aliments sont produits que s'ils viennent de l'extérieur. Nous sommes d'autant plus à même d'influencer positivement nos producteurs à adopter de bonnes pratiques environnementales si nous nous approvisionnons chez eux. L'achat local nous permettra donc d'avoir des aliments frais et produits dans une relation de confiance pour et par les communautés.

En résumé, notre approche vise une alimentation diversifiée basée sur la consommation d'aliments locaux et frais, issus de pratiques écologiques.



Retour à l'index des valeurs

Retour à l'accueil

Questions ou commentaires, nous écrire